sliderhome

Homélie du dimanche 26 janvier 2014, 3° du temps ordinaire.

L'appel des disciples
ou le témoignage de notre relation au Seigneur
Is 8,23-9,3 ; Ps 26 ; 1Co1,10-17 ; St Mathieu 4,12-23
3ème dimanche ordinaire – Année A

.1. Chers amis, chaque dimanche, chaque fois que nous nous retrouvons tous ensemble, le Seigneur est à l'œuvre. C'est Lui qui nous conduit à nous réunir pour partager ce qui est la merveille de notre vie. Ici, ensemble nous célébrons ce qui fait que notre vie est belle et bonne quelles que soient les épreuves que nous rencontrions dans notre vie. Nous avons tous besoin d'être éclairés par une lumière qui rend compte du sens ultime de nos vies.
Lorsque nos sociétés ont disqualifié la pertinence de la présence de Dieu et prennent des décisions sur la vie des hommes, elles expriment de façon inconsciente cette jalousie de ne pas pouvoir tout maitriser, alors il faut pouvoir poser l'empreinte sur l'homme, la preuve qu'il est maitre de tout : de la vie et de la mort. L'homme devrait être le seul à décider pour lui-même. Pourquoi ? Parce qu'il serait presque « dégradant » de reconnaitre qu'il est l'œuvre d'un Autre, qu'il ne s'est pas fait tout seul, qu'il doit à d'autres d'être là et qu'il n'aurait pas encore découvert la merveille du don, la merveille de la création, la merveille de sa vie et plus encore la merveille de l'amour du Christ pour chacun de nous.


.2. Alors nous devons d'abord reconnaitre que lorsque l'homme est tout seul, il prend peur. « Il n'est pas bon que l'homme soit seul » disait Dieu dans la genèse. Seul, il ne peut trouver la clé du mystère de sa vie. Il lui faut une aide pour pénétrer le sens ultime des choses. Tel est le sens de la communion et de l'amour humain. Le sens de cette différenciation entre homme et femme, qui marque la famille humaine pour qu'ensemble ils voient s'illuminer le mystère de la vie par l'Amour. Lorsque Dieu voit ainsi l'humanité seule, Il ne se résout pas à la laisser seule. Il intervient, il vient et c'est tout le sens de la Révélation biblique. Les hommes peuvent découvrir quantité de choses quant à l'univers qui les accueille, mais ils ont besoin d'une parole qui soit déposée au fond de leur être pour découvrir le sens véritable de leur vie et de leur mort. Et ce sens, nous l'entendons dans la Parole du prophète Isaïe : « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. » Des ténèbres que nous essayons de ne pas voir, c'est le mal qui ensanglante la famille humaine et aussi la mort.
« Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je ? » dit le psaume 26. Le Seigneur est le rempart de ma vie, cela signifie que je ne crains rien, que je dois apprendre à espérer dans le Seigneur, à être fort, à prendre courage. Quelqu'un d'autre que nous pourvoira à ces instants de notre vie, lorsque nous sommes dans le trouble ou dans la peine, le Seigneur est là, il est Celui qui nous accompagne. Lorsque Dieu veut communiquer aux hommes sa Parole, lorsque Dieu veut éclairer leur route, Il vient lui-même ! Et c'est tout le sens de l'Incarnation. Et bien, ce que le Christ est venu apporter aux hommes, il a aussi chargé ses disciples de le transmettre à toutes les générations.

.3. Dans l'Evangile d'aujourd'hui, nous voyons Jésus sur le bord du lac de Tibériade venir à Capharnaüm, c'est-à-dire à ce carrefour des nations pour que sa Parole puisse partir aux quatre coins du monde. Il appelle d'abord deux frères, Simon et André, pêcheurs de poissons pour en faire des pécheurs d'hommes. Jésus requalifie leur activité. De la même façon au cœur de nos activités, il y a la possibilité de devenir des pêcheurs d'hommes, c'est-à-dire « transmettre aux hommes quelque chose qui leur est nécessaire, quelque chose qui va au fond de leur cœur, leur parler ». Croyez que tout homme est capable de reconnaitre ce qui lui appartient dans ce que nous apportons. Et ces pêcheurs d'hommes vont communiquer aux hommes quelque chose que tout homme peut entendre et secrètement attend. Il s'agit de communiquer l'espérance d'être lumière !
Et puis il appelle deux autres frères : Jacques et Jean. L'Evangile nous dit, qu'ils sont dans leur barque avec leur père. Et l'Evangile dit qu'ils vont laisser leur barque et leur père. Le moment est venu pour eux de laisser leur père terrestre pour aller au père céleste. Et c'est cela que Jésus vient enseigner, il veut nous faire connaître notre Père à tous, Celui que le cœur de tout homme peut reconnaître et aspire à connaitre.

.4. Découvrons quelle est notre mission et ce quelle contient : nous sommes appelés à communiquer à tous les hommes que le Père nous attend et que le Père nous aime. Jésus les appelle, c'est très clair, il reste maintenant à ce qu'ils vivent avec eux et au milieu d'eux le mystère de l'Amour qui va jusqu'au bout. Et c'est cela qu'il vient communiquer. Je voudrais aujourd'hui que nous puissions les uns et les autres être confirmés en ce que la relation personnelle qui nous unit à Dieu dans la profondeur de nos cœurs n'est pas étrangère à notre humanité. Elle n'est pas « infamante » pour l'homme. Dire que nous prions Dieu et que nous comptons sur Lui est un signe de la grandeur de notre humanité. Cela n'est pas contraire à la vérité de ce que nous sommes. Puisque nous ne sommes vraiment, pleinement homme que lorsque nous sommes reliés à Dieu. Cela sans doute est difficile à faire entendre aujourd'hui. Lorsque nous parlons de Dieu, les hommes finissent toujours par prendre peur de ce qu'ils ne connaissent pas. Mais nous avons à faire connaitre Celui que nous connaissons, qui s'est fait connaitre comme l'infini tendresse et l'infini douceur.
Je voudrais que chacun de nous, nous puissions comprendre à nouveau que lorsque nos sociétés semblent ainsi bousculer, il nous revient de cultiver à l'intime de nous-mêmes la relation de foi et de prière. « Sauvez l'homme » ne signifie pas préserver son univers extérieur pour que rien ne bouge. Sauvez l'homme signifie l'aider à cultiver et préserver dans la profondeur de son être, le sens authentique de ce qu'est l'homme ! Nous serons un signe pour tous nos contemporains, lorsque nous serons capables de témoigner de la relation que nous avons avec Lui : matin, midi et soir, le Père nous accompagne.

.5. Dans un instant, Barbara qui se prépare au baptême, va recevoir le « Notre Père », elle va entrer avec nous tous, plus profondément dans cette relation au Père. Puisse ce que nous allons vivre avec elle, être ce que nous voudrions tous vivre au milieu du monde pour les autres. N'ayons pas peur : ce que nous avons reçu du Christ, le Christ nous demande de le donner à nos frères. Soyons aujourd'hui dans la joie, le Seigneur est vivant. Il nous regarde tous depuis l'éternité, depuis sa Victoire. Il fait resplendir en nous l'Amour du Père. Soyons ensemble, tout au long de cette semaine, des témoins de son Amour. Amen.

Père Laurent Stalla-Bourdillon
Basilique Sainte Clotilde
Dimanche 26 janvier 2014

Media

Contact express