sliderhome

Homélie du dimanche 11 juin, solennité de la Sainte Trinité

Frères et sœurs,

L’Eglise aujourd’hui, à travers le monde, fait retentir le nom de la Sainte Trinité. C’est notre fête, c’est la fête des chrétiens, c’est le nom même des chrétiens. A notre époque, en cette période, où il semble que la question de la présence des religions semble revenir dans l’espace et dans l’opinion publique, nous avons une responsabilité particulière dans la manière dont nous parlons des religions, peut-être même dans la façon dont nous comprenons la nôtre. Tout récemment, le philosophe et académicien Jean-Luc Marion disait que « le christianisme n’est pas une religion, c’est une révélation ». Une religion est une réalité spirituelle que nous avons objectivée. Une religion, c’est une manière de décrire la façon dont les gens comprennent le sens de leur vie. Vous avez votre religion. Le christianisme n’est pas une religion, mais il est une révélation, parce qu’il naît d’un dévoilement de sens.

Quantités de personnes refusent les religions parce qu’elles ne voient pas de quelle manière ce que les gens croient les fait vraiment vivre. Comment ce Dieu que nous confessons « Père, Fils et Saint-Esprit » nous permet-il de vivre ? Et que veut dire « vivre » ? « Vivre » veut dire : « accueillir la vie ». Vivre ne veut pas dire : naître, grandir, vieillir, souffrir un peu et mourir. Vivre, c’est vivre pour toujours. Or, ce Dieu qui se révèle « Père, Fils et Saint-Esprit » est la vie véritable. Ainsi, la première chose que nous devons comprendre, c’est que Dieu se révèle, Dieu se fait connaître. La Trinité n’est pas une froide formule théologique, la Trinité est la révélation que Dieu est amour. Non pas que Dieu a de l’amour, mais que Dieu est en lui-même amour ce qui signifie que pour pouvoir être amour doit exister en lui une relation. Dieu n’est pas un solitaire. Dieu nous dévoile « qui » il est : Dieu est communion ! Et c’est parce qu’il nous dévoile qui il est que nous pouvons comprendre qui nous sommes, parce que nous sommes de lui, par lui et pour lui. Nous sommes faits à l’image et à la ressemblance de ce Dieu. Nous sommes appelés à vivre cette même communion avec Dieu, en lui et pour lui, et entre nous. 
La Trinité est ce par quoi notre humanité trouve sa pleine mise en lumière. Nous avons une capacité d’aimer en nous, et nous nous demandons d’où elle vient. Nous sommes doués d’amour, mais nous n’en connaissons pas l’enjeu, nous n’en mesurons plus l’enjeu. Nous ne sommes pas simplement capables d’aimer comme si c’était une fonction supérieure, une capacité que les autres vivants n’auraient pas. L’être humain porte en lui l’empreinte de Dieu, son origine est trinitaire. Il n’est pas chimique, son origine n’est pas quelque chose qui ressort de l’astrophysique. L’origine de l’homme vient de Dieu. Et dans cet univers matériel et physique, il y a une créature qui porte en elle l’empreinte trinitaire de Dieu. Et cela est vrai jusque dans notre corps, dans l’expérience que nous vivons constamment de la respiration par exemple. Tandis que nous inspirons et que nous expirons, nous apprenons naturellement que l’on ne demeure en vie qu’en consentant à accueillir, à recevoir, à donner, et ultimement à se donner. Nous sommes marqués jusqu’au plus profond de nous-mêmes par l’empreinte de Dieu-Trinité.

Cela est si vrai, frères et sœurs, que Dieu veut que nous révélions son Nom aux hommes. Dieu s’est fait connaître en nous envoyant son Fils unique, il nous a révélé que nous étions enfants de Dieu ! Qui sinon le Christ et l’Eglise aujourd’hui rappellent aux hommes qu’ils sont enfants de Dieu ? Qu’ils sont ainsi sauvés, sauvés de l’enfermement, de cette illusion dans laquelle toute l’humanité baigne qu’elle n’est qu’animale, ou qu’elle est destinée à être mangée dans les mâchoires de la technique ? Qui rappellera aujourd’hui aux hommes qu’ils sont enfants de Dieu, et qu’ils sont destinés à la vie éternelle ?

Dieu est amour. Il nous révèle qu’il est une communion de personnes divines. Nous sommes faits pour vivre les uns avec les autres, les uns pour les autres – c’est cela le mystère de l’amour vivant. « Pour pouvoir être charité, l’amour doit tendre vers l’autre » disait Saint Grégoire le Grand. N’aimer que soi, je pourrais dire que je suis rempli d’amour, rempli d’amour de moi, mais cela s’appelle de l’égoïsme. Pour pouvoir être charité et charité divine, l’amour doit tendre vers un autre. « Nous sommes appelés à vivre non pas les uns sans les autres, ou contre les autres, mais les uns avec les autres, et pour les autres » rappelle constamment le pape François.

La Trinité, la révélation de la Trinité sauve l’humanité. Demandons cette grâce, si vous le voulez bien, les uns et les autres de constamment pouvoir nous réinterroger sur le Dieu que nous annonçons. Comment nous fait-il vivre ? Le Père est la source de tout don, le Fils nous révèle notre dignité d’enfants de Dieu, et l’Esprit Saint nous permet de vivre conformément à notre dignité d’enfants de Dieu. Viens, Esprit Saint, toi qui as été répandu en nos cœurs, viens raviver en nous l’amour dont tu veux que nous nous aimions les uns les autres. Car c’est à condition de l’amour dont nous nous aimons que Dieu est présent dans le monde. Nous n’avons pas à sauver le monde de la destruction, nous avons à sauver le cœur de l’homme pour qu’il parvienne constamment à énoncer et à rayonner de la présence de Dieu qui est en lui.

Prions plus particulièrement aujourd’hui pour notre pays bien sûr, mais pour toute l’humanité à travers le monde. Semaine après semaine, nous sommes rejoints par des nouvelles qui seraient de nature à nous inquiéter, sauf si nous savons que l’amour a triomphé de la haine, que l’amour a triomphé de la mort, et que les portes de la vie éternelle nous sont ouvertes. Amen. 

Contact express