Le confinement: un remède pire que le mal?

Non seulement les personnes atteintes ou susceptibles de l’être sont "enfermées" loin des autres, mais encore tous sont plus ou moins refermés sur eux-mêmes par les restrictions de rassemblements et de contacts. C’est ainsi que de plus en plus de fidèles sont privés de messe à leur grand dam. Pourtant, il est difficile de contester la légitimité de ces mesures ou leur efficacité. Les décisions en la matière sont "politiques" au meilleur sens du terme : elles relèvent de la poursuite du bien commun au prix de la mise à contribution des uns et des autres.

Un aspect paradoxal du confinement d’un groupe est que, s’il protège ceux de l’extérieur, il expose en revanche d’autant plus les sujets sains "piégés" à l’intérieur : la contamination est rapide en milieu fermé. Ce qui est vrai en matière sanitaire l’est aussi dans l’ordre idéologique. La transmission des convictions et des comportements radicaux est d’autant plus efficace que les instigateurs réussissent à isoler leur "cible". Ici se rencontrent étrangement des islamistes et d’autres communautés.

Disciples du Christ, nous avons reçu de lui, avec la foi, la mission de faire de tous les hommes aussi des disciples. Il ne s’agit donc pas d’augmenter le nombre et la puissance d’un groupe particulier pour mieux s’imposer face aux autres, voire contre eux, mais de vivre en communauté ardente une fraternité qui nous ouvre radicalement à ceux de l’extérieur. Car nous leur sommes envoyés pour qu’ils reçoivent eux aussi le Christ, à leur manière et selon ce qu’ils sont en eux-mêmes.

Jésus, en effet, nous montre ici l’exemple comme en toute chose. Il ne traite pas indifféremment les uns et les autres : il s’adresse parfois à tous, parfois aux seuls disciples ; parmi eux, il en choisit douze "pour être avec lui" ; dans ce groupe, il élit trois privilégiés pour l’accompagner sur la montagne de la Transfiguration. Enfin le seul Pierre recevra la primauté. Pourtant lui-même nous donnera l’exemple d’imiter le Christ en sa prédilection pour les périphéries.
Père Marc Lambret



Contact express