Un cadeau de nous tous

La proposition de participer à un cadeau commun, quelle que soit sa pertinence, rencontre toujours de sérieuses réticences chez ceux qui entendent bien personnaliser la concrétisation de leur mouvement affectueux ou reconnaissant. Cette réserve est légitime quand elle ne trahit pas un faible sens de la solidarité ou un manque d’abnégation dans la générosité. L’idéal ne serait-il pas de parvenir à constituer une offrande qui rassemble en un tout cohérent les participations multiples dont chacune porte distinctement l’intention de chacun ? Or, c’est ce que réalise de manière parfaite l’Eucharistie, où l’offrande que fait de lui-même le Fils au Père rassemble celles de tous les fidèles sans qu’aucune se trouve "noyée dans la masse".

L’évangile de la Présentation de Jésus que nous célébrons aujourd’hui en lieu et place du 4ème dimanche du temps ordinaire par sa préséance en tant que fête du Seigneur, nous décrit cette "économie de la grâce". Quand ils le présentent au Temple, ce sont bien les "parents de Jésus" qui accomplissent le précepte de consacrer au Seigneur tout premier-né de sexe masculin. Marie, d’abord, l’offre de tout son cœur, ce petit de sa chair, ce trésor infini conçu de l’Esprit Saint, comme jadis Anne offrit Samuel à Silo. Joseph l’offre, tel Abraham sur le mont Moriah sacrifiant Isaac son fils et aussi, de quelque manière, sa paternité. Mais dans les figures de Syméon et de la prophétesse Anne, Israël même offre son Messie à son Dieu.






En réalité, ce fut pour le peuple juif une pierre d’achoppement terrible. Le mouvement de solidarité avec les païens qui lui était demandé supposait une abnégation touchant à l’héroïsme. C’est pourquoi, plutôt que de se récrier contre ceux qui manquèrent à reconnaître leur Messie Jésus, sachons plutôt nous émerveiller des saints qui le suivirent jusqu’au martyre, Pierre et Paul en tête ; et surtout nous rassembler aujourd’hui dans une offrande eucharistique où chacun se donne réellement jusqu’au renoncement à soi-même, et où tous se laissent vraiment unir en un seul peuple ardent à faire le bien à la gloire du Dieu de Jésus Christ. Ainsi le Fils sera "un cadeau de nous tous" en action de grâce à son Père pour les siècles.

Père Marc Lambret



Contact express