Le Seigneur fait oeuvre de justice

Cette déclaration du Psaume 102 que nous prions aujourd’hui résonne de façon particulière en ces temps de révélations sur certains scandales abominables dans notre Église. La première urgence est d’accomplir le nécessaire travail de vérité et de demander le courage de la regarder en face, si insupportable soit-elle. Ensuite, et même sans attendre, il est temps de déplorer profondément tout le mal qui s’est commis, surtout s’il fut perpétré sous couvert d’une prétendue intention pastorale.

Dès maintenant il revient aussi à chacun, à son niveau et pour sa part, de prendre les mesures nécessaires en vue d’éviter dans toute la mesure du possible que de tels abus se reproduisent. L’assainissement des structures et la transformation radicale de certaines cultures ecclésiales s’imposent, quoi qu’il en coûte. Le Saint-Père nous presse d’agir en ce sens, que ce soit au chapitre des institutions ou au registre des comportements personnels.

En effet, en dénonçant dans le « cléricalisme » la cause principale des désordres majeurs qui se sont installés en divers lieux, le pape François nous indique assez clairement ce dont il s’agit. Une certaine manière de concevoir les rapports hiérarchiques entre les ministres ordonnés et les autres fidèles sous le signe d’une soumission aveugle au supérieur, au mépris de la véritable obéissance évangélique, est catastrophique.

Il est inévitable que des scandales arrivent, c’est le Seigneur qui nous le dit, à toute époque le diable peut s’insinuer dans les Églises pour les corrompre. Mais il nous appartient de lutter aujourd’hui pour coopérer à la sanctification que Dieu opère. La justice qui vient de lui est conversion pour nous afin que nous puissions accomplir de manière crédible la mission qu’il nous confie pour nos frères humains : annoncer sa parole de grâce.
Père Marc Lambret

Contact express