Qu'est ce que l'homme?

Bien sûr, la Visitation est d’abord la Révélation de Dieu : Élisabeth, en s’exclamant « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? », prononce la première confession de foi en la divinité de Jésus, car « Seigneur » est ici clairement une appellation divine. Or, ce qui révèle le Fils révèle du même coup le Père et l’incroyable amour qui fait s’abaisser Dieu jusqu’à hauteur d’homme. La Visitation est, plus qu’une métaphore, une réplique de l’Incarnation par laquelle « Le Christ Jésus, qui était dans la condition de Dieu, s’est anéanti, prenant la condition de serviteur ».

Mais cette manifestation de la grandeur inouïe de Dieu dans l’Amour qui le fait s’abaisser jusqu’à nous, nous donne aussi, si nous avons des yeux pour voir, de découvrir la grandeur de l’homme que la défiguration du péché nous empêche d’habitude de percevoir. La rencontre des deux enfants grâce à celle des deux femmes qui les portent en elles, produit comme un arc fulgurant de gloire jailli de la fusion sans confusion de ceux qu’elle a rapprochés. Elle devient ainsi le type et la promesse de toute rencontre humaine.

Ne sentons-nous pas la sainteté et la grandeur cachées dans la plus humble des entrevues lorsque simplement ceux qui la vivent savent se regarder avec la bienveillance ordinaire d’un cœur libre ? La prise en considération, si fugitive et si banale soit-elle, de l’humanité de l’autre par chacun, cette reconnaissance mutuelle élémentaire, ouvre au milieu du monde une étincelle de gloire et d’espérance qui prend son feu à celui de la venue du Sauveur en notre chair. Accueillons de l’Esprit Saint qui fait tressaillir le Précurseur, la joie de reconnaître en tout frère humain la chance d’une rencontre où se révèle l’homme en l’amour qui vient de Dieu.

Père Marc Lambret

Contact express