Qui sont les nôtres?

Tout groupe humain bien organisé doit être clairement délimité de sorte qu’il soit possible de distinguer ses membres. Pour l’Église, en principe ce devrait être simple : elle rassemble les baptisés. En fait, l’affaire se complique quand certains baptisés ne professent pas la foi catholique ou pas de foi du tout, ou encore se conduisent en ennemis de l’Évangile ; et quand, à l’inverse, des non baptisés s’attachent au Christ de toute leur âme avant de pouvoir s’approcher du baptême. Ainsi se fait jour la nécessité de reconnaître que certains qui semblent y être n’y sont pas tandis que d’autres qui paraissent au-dehors y demeurent bel et bien.
Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus commence par énoncer une règle simple et très ouverte : « Qui n’est pas contre nous est pour nous ». Dans ces conditions, la foule des « nôtres » s’étend fort loin des limites étroites du petit nombre des pratiquants réguliers. Mais, ensuite, le propos du Seigneur prend un tour beaucoup moins riant. L’exhortation à retrancher le membre qui entraîne à la chute se comprend de deux manières : socialement, il faut se séparer de quiconque entraîne le corps à la mort par son agir ou sa doctrine ; personnellement, chacun doit se convertir de ses
refus de Dieu, quoi qu’il lui en coûte.



Le point essentiel et décisif restera toujours l’attachement au Seigneur et la fidélité à le suivre sur le chemin de la vie au prix de la croix. En recevant notre nouvel archevêque aujourd’hui, c’est le Christ que nous accueillons pour qu’il nous guide sur ce chemin. Et c’est pour cela qu’il me donne à vous aujourd’hui au cours de l’Eucharistie comme votre nouveau curé. Rappelons-nous sans cesse que, si Jésus dit « nous » pour parler de ses Apôtres et de lui-même, c’est parce qu’il tient sa promesse d’être avec son Église jusqu’à la consommation des temps. Le Fils de Dieu s’est fait l’un des nôtres en partageant notre humanité, puis en faisant de l’Église son épouse sainte : voilà le motif de notre assurance malgré notre indignité pour annoncer l’Évangile du salut à ceux qui sont loin comme à ceux qui sont proches.

Père Marc Lambret

Contact express