La leçon de l'enfant

Qui ne voudrait avoir été cet enfant ? Passant par là à ce moment-là, le voilà pris par Jésus, placé au milieu des Apôtres, embrassé par le Seigneur et désigné à ses disciples comme un exemple ! Si ce fût un adulte, nul doute que cet événement l’aurait fort impressionné et troublé. Mais précisément un enfant ne s’étonne pas tant que cela d’être pour un moment l’objet d’attentions qu’il ne comprend guère, mais dont il pressent qu’elles sont affectueuses et sincères.

Telle est sans doute le première leçon de l’enfant : l’honneur et les prévenances dont il se trouve l’objet ne viennent pas couronner ses mérites, mais seulement la grâce d’exister qui lui est octroyée d’En-Haut. N’est-il pas créé à l’image de Dieu ? Et quelle dignité de plus, acquise par naissance ou dans l’exercice de quelques fonctions pourrait ajouter à celle-là un titre plus glorieux ? L’enfant sait qu’il ne convient de se réjouir que de ce nom inscrit dans les cieux et connu seulement de celui qui voulait le murmurer à son cœur depuis la création du monde.

Mais cette béatitude profonde et inaltérable ne distrait pas l’enfant de sa vocation à grandir, à apprendre, à bouger, à agir, à vivre en somme, car il sait qu’ainsi il rend gloire à celui de qui nous viennent la vie, le mouvement et l’être. Toutes nos ambitions sont légitimes tant qu’elles gardent cette fraîcheur d’un désir de grandir inspiré par le Dieu infiniment créateur et généreux en tous biens. Et toutes nos frustrations sont à vivre en communion avec le Fils qui, renonçant au bonheur qui lui était promis, se fit obéissant jusqu’à la mort par amour de son Père et de ses frères.

Ces deux leçons, au fond, n’en font qu’une comme les commandements les plus grands : soyons donc enfants obéissants et tout petits devant Dieu et devant nos frères jusque dans les honneurs et les pouvoirs les plus convoités des hommes, et, jusque dans les épreuves et les humiliations les plus redoutées, gardons la certitude de porter l’image de l’enfant éternel et bien-aimé de Dieu qui s’est anéanti, c’est pourquoi il lui fut donné le nom au-dessus de tout nom.

Père Marc Lambret

Contact express