Dimanche de la Divine Miséricorde

Depuis le grand Jubilé de l’an 2000, le dimanche de l’octave de Pâques est la fête de la Divine Miséricorde. En réponse à la demande que le Seigneur Jésus formulait à Sainte Faustine, une jeune religieuse polonaise (1905-1938), Jean-Paul II a institué cette fête afin que soit plus clairement exprimée la signification même de la fête de Pâques ! Le cardinal Lustiger décrivait ce mystère comme le retournement par l’amour de Dieu, de l’offense du pécheur pardonné en mission vers les pécheurs.

Le Christ, notre réconciliation

"S'il est vrai que nous sommes des pécheurs, s'il est vrai que nous trahissons sans cesse le Seigneur qui nous a appelés, s'il est vrai que nos actes démentent ce que Dieu nous a donné de comprendre et de découvrir, s'il est vrai que nos cœurs sont souvent endurcis, s'il est vrai que tant de fois nous sommes infidèles, nous n'avons pas le droit de juger l'Eucharistie, car l'Eucharistie ce n'est pas notre fait.
Quand il nous regarde, Dieu ne peut pas nous dire que nous le dégoûtons. Ces pécheurs que nous sommes sont saisis dans l'acte de l'Eucharistie par le pardon et l'amour du Fils.

(...)

Quand nous nous présentons ici, c'est le Christ lui-même qui, dans ce mystère ecclésial, s'offre à son Père à travers nos corps et nos vies. C'est le Christ lui-même qui nous présente au Père et que nous présentons au Père. Il n'y a pas d'autre sacrifice que le sien et pas d'autre amour que le sien. Entre lui et nous, c'est le mystère de nos péchés et de son pardon. Entre lui et nous, c'est la trahison de Pierre et la mission de Pierre.
Entre lui et nous, c'est l'abandon des Apôtres, au soir de la Passion, et le rassemblement des Apôtres, dans le pardon et la puissance de la Pentecôte; Entre lui et nous, c'est un mystère de miséricorde qui nous transforme. "

Cardinal Jean-Marie Lustiger, Congrès eucharistique international, Lourdes, 1981

Très belle semaine à tous,

P. Laurent Stalla-Bourdillon




Contact express